Legislation that Affects Women // Des lois qui Concernent les Femmes

Friends,


I would like to share an update regarding the fight for women’s rights in Parliament and across Canada. The Conservative government has been pushing hard against women’s equality in the House of Commons these past months. Several pieces of regressive Conservative legislation have been presented that would effectively turn the clock back on the status of women in our country.


Most recently, Bill C-36 was tabled by Justice Minister McKay in response to the recent Bedford ruling by the Supreme Court. This bill is set to increase the risk of harm faced by sex workers. We in the NDP are confident that the bill does not uphold the Supreme Court’s ruling to protect the rights and safety of sex workers. That is why the NDP will be strongly opposing bill C-36.


Bill C-570
In the past weeks Conservative MP Rob Anders debated legislation that would put the word “rape” back in the criminal code. This law, C-570, was written without consultation and against the advice of most Violence Against Women (VAW) service providers and legal advocates. The term “sexual assault” is used for good reasons, as it incorporates a broader definition.


Bill C-560
I stood in the House of Commons to oppose Bill C-560, which was sponsored by Maurice Vellacott on behalf of Men’s Rights Activists. C-560 tries to compel judges in family courts to consider the rights of parents over the rights of children in custody hearings. Both C-560 and C-570 were developed without consultation with feminist organizations or women’s advocates, and if passed, they would pose serious problems for the legal justice system’s ability to protect women and children.

Motion 504
Last Friday, I stood in the House to debate M-504. This is a Private Members Motion from Conservative MP, Bryan Hayes. It compels the Status of Women Committee to study educational programs and special programs in Canada aimed at preventing Violence Against Women. I believe that any step towards ending VAW is a step worth taking, and we in the NDP support taking a closer look at what the Government must do to end violence against women. However, as I said in the House, I do not believe this study will go far enough. Instead of a myopic study of education programs in Canada, I am urging the government to pick up my Motion (M-444) which will create a National Action Plan to address Violence Against Women. This is the strategy being called for by women, feminist leaders and the UN. Violence against women is a crisis in this country and we need serious, comprehensive action.


Click here to view my speech on M-504.


All of these bills and motions are pending, and will be likely be voted on in the fall parliamentary session. I will be in touch to let you know the results.
Thank you for the help and support you and others in the feminist community have given to me over these past few months. It is your expertise and input that energizes and informs me as I stand up for all our rights in Parliament.

In solidarity,

Niki Ashton - Member of Parliament (Churchill) 263 Confederation Building House of Commons, Ottawa, On K1A 0A6


The Future of Muskoka: Realizing Women’s Right to Health

A Maternal Newborn Health Summit Shadow Event

From May 28th to 30th, world leaders and leading experts gathered in Toronto for the Canadian led summit on maternal and child health. Saving the lives of women and girls is a laudable goal and Canadian non-governmental organizations are doing valuable work on the ground. However, now is the time for the Conservatives to accept Canada’s stance on abortion and remove their prejudicial position on funding the Muskoka Initiative.


During the 2010 G8 Summit, Canada along with seven other distinguished countries committed a total of $7.3 billion dollars to the Muskoka Initiative on Maternal, Newborn, and Child Health. Unfortunately, the Conservative government has chosen to support this cause on a conditional basis by preventing any funding from going to safe abortion services. Recently the Conservatives reiterated that Canada would not fund abortion under any circumstances, including in circumstances of rape as an act of war and early and forced marriage. The Conservatives have effectively borrowed the global gag rule from the American extreme right.


(Left to Right: Niki Ashton, Carolyn Eggan, Hélène Laverdière)
On May 28th, Niki and her colleague, Hélène Laverdière, Critic for International Development, hosted a panel discussion on reproductive justice and international development. A wonderful speakers panel including Michele Landsberg (Journalist), Carolyn Egan (Ontario Coalition of Abortion Clinics) and Sandeep Prasad (Action Canada for Population and Development) reminded a group of concerned citizens and civil society service providers that access to reproductive healthcare is not just a Canadian citizen’s right, it is a women’s human right.


(Left to Right: Niki Ashton, Michele Landsberg, Hélène Laverdière)


The New Democrat Caucus is proudly pro-choice. We will defend women’s human rights at home and abroad push forward with policy directed at empowering women to achieve real equality. It’s who we are and what we stand for.


Standing up Against Income Splitting on behalf of Canadian Women

On June 10, I rose in the House to support the NDP’s opposition day motion which read as follows:

That, in the opinion of the House, the drastic increase in income inequality under recent Liberal and Conservative governments harms Canadian society; and that the House express its opposition to the Conservative income splitting proposal which will make this problem worse and provide no benefit to over 86% of Canadians.

I devoted most of my speech to presenting the House with a gender based analysis on why Income Splitting has the potential to damage the status of women in Canada. Here is a section of my speech:


Ms. Niki Ashton (Churchill, NDP): Mr. Speaker, I am pleased to stand in the House and defend our opposition day motion that opposes the government's regressive proposal to bring in income splitting, a proposal that would not benefit the vast majority of Canadians, a proposal that would help turn the clock back on women's equality in our country. New Democrats know that we can build a robust economy that would bring shared prosperity to all Canadians. Income splitting reveals yet again the Conservatives only want to give tax breaks to their wealthiest of friends. As the critic for status of women and as the Member of Parliament for Churchill, I would call the Conservative income splitting plan nothing more than a smoke screen. It would not help lower income families, single parents or the majority of first nations and Métis people across our country. Not only would it not help the majority of women, it would have the potential to damage gender equality in our country. I will discuss the many ways that income splitting has the potential to hurt the status of women in our country. First of all, income splitting would not help single parents or single people. We know that many single parents, particularly many who live in poverty, are women. In some ways, income splitting would reward married people and punish single people, divorced couples, lone parent families and intergenerational families, meaning families that raise their children with the help of grandparents and other relatives. In my experience in my visits across my constituency I meet many kinds of loving, supportive families, and the last thing that non-nuclear families need is the federal government promoting a thinly veiled moral bias against them in the form of bad policy and regressive taxes. This tax break would effectively tell people that only if they are married and only if they are in a marriage where one spouse earns considerably less than the other, do they deserve a tax break. Many days in the House we wonder, given the policies put forward by the government, if we are going back to the 1950s or the 1850s. In the case of the income splitting proposal, the Conservative government is putting forward the classic vision of the 1950s family, one that might be modelled on June and Ward Cleaver. Earlier in the House I heard talk of Don Draper. The reality is that Canadians have moved on from the 1950s. It is 2014. The reality of the Canadian family is not that of the 1950s. We should be looking at what we need to do to support today's Canadian families rather than imposing a moralistic view of how the government sees families.


Chers amis, chères amies,


J’aimerais faire le point sur la lutte que nous menons au Parlement et partout au Canada pour défendre les droits des femmes. Le gouvernement conservateur essaie beaucoup de miner l’égalité des femmes à la Chambre des communes depuis quelques mois. En effet, il a déposé plusieurs projets de loi régressifs qui ramèneraient en arrière la situation des femmes dans notre pays.


Projet de loi C-36
Le ministre de la Justice, Peter McKay, vient de déposer le projet de loi C-36, qui se veut une réponse à la décision récente de la Cour suprême dans l’affaire Bedford. Ce projet de loi risque d’accroître les dangers auxquels sont exposées les travailleuses du sexe. Le NPD estime que le C-36 ne respecte pas la décision de la Cour suprême, qui exige que nous protégions les droits et assurions la sécurité des travailleuses du sexe. C’est pourquoi le NPD s’opposera fermement au projet de loi C-36.


Projet de loi C-570
Ces dernières semaines, le député conservateur Rob Anders a débattu d’un projet de loi, le C-570, qui propose de restaurer le mot « viol » dans le libellé du Code criminel. Or, ce projet de loi a été rédigé sans qu’il y ait consultation des organismes et juristes qui luttent contre la violence faite aux femmes, et la plupart d’entre eux s’opposent à la restauration de ce terme. L’expression « agression sexuelle » est utilisée parce que sa définition est plus large.


Projet de loi C-560
Je me suis opposée à la Chambre des communes au projet de loi C-560, parrainé par Maurice Vellacott au nom d’activistes des droits des hommes. Le C-560 voudrait forcer les tribunaux de la famille à préférer les droits des parents aux droits des enfants en matière de garde partagée. Les auteurs de ce projet de loi, comme ceux du C-570, n’ont pas consulté les organisations de défense des femmes, et ces deux mesures, si elles étaient adoptées, mineraient beaucoup la capacité du système juridique de protéger les femmes et les enfants.

Motion 504
Vendredi dernier, j’ai débattu à la Chambre des communes de la motion M-504, déposée par le député conservateur Bryan Hayes. Cette motion donnerait instruction au Comité de la condition féminine d’entreprendre une étude des programmes d’éducation et initiatives spéciales au Canada visant à prévenir la violence contre les femmes. Je crois que tout ce qu’on peut faire pour lutter contre la violence faite aux femmes mérite d’être fait, et le NPD souhaite certainement que le Parlement examine de plus près les efforts du gouvernement dans ce domaine. Mais, comme je l’ai dit à la Chambre, je ne crois pas que l’étude proposée soit suffisante. Au lieu de ce simple examen des programmes d’éducation, j’ai demandé au gouvernement d’adopter plutôt ma motion M-444, qui vise la création d’un Plan d’action national sur la violence faite aux femmes. C’est cette stratégie que réclament les femmes, les féministes et l’ONU. La violence contre les femmes est un fléau à la grandeur du pays, et nous avons besoin d’un plan d’action sérieux et complet.


Tous ces projets de loi et motions sont actuellement à l’étude, et ils devraient faire l’objet d’un vote à l’automne. Je vous tiendrai au courant des résultats.
Je vous remercie de l’aide et du soutien que vous-même et d’autres représentant(e)s de la cause féministe m’avez apportés ces derniers mois. Votre expertise et vos conseils me donnent l’énergie et les outils dont j’ai besoin pour défendre nos droits au Parlement.

Solidairement vôtre,

Niki Ashton, la députée de Churchill 

Pièce 263, Édifice de la Confédération Chambre des Communes, Ottawa, K1A 0A6


L’avenir de Muskoka : concrétiser pour les femmes le droit à la santé Un sommet off sur la santé des mères et des nouveau-nés

(Niki Ashton, Carolyn Eggan, Hélène Laverdière)


Le 28 mai dernier, conjointement avec ma collègue Hélène Laverdière, porte-parole en matière de développement international, j’ai présidé un panel sur la justice de procréation et le développement international. Michele Landsberg (journaliste), Carolyn Egan (Ontario Coalition of Abortion Clinics) et Sandeep Prasad (Action Canada pour la population et le développement) ont rappelé aux personnes présentes – simples citoyens ou fournisseurs de services – que l’accès aux soins de santé liés à la procréation est non seulement un droit pour chaque Canadienne, mais un droit fondamental de la femme.


Cette activité coïncidait avec le Sommet sur la santé maternelle qu’a tenu à Toronto, du 28 au 30 mai derniers, le premier ministre Harper. Il est certainement nécessaire de sauver la vie des femmes et des enfants – et les organisations non gouvernementales du Canada font de l’excellent travail sur le terrain –, mais les conservateurs doivent maintenant accepter la position du Canada sur l’avortement et financer l’Initiative de Muskoka sans lui imposer leurs préjugés.


(Niki Ashton, Michele Landsberg and Hélène Laverdière)


Pendant le Sommet du G8 de 2010, le Canada et sept autres pays de premier plan ont convenu d’investir 7,3 milliards de dollars dans l’Initiative de Muskoka sur la santé des mères, des nouveau-nés et des enfants. Malheureusement, le gouvernement conservateur a apposé une condition à son appui : aucun argent ne pourrait être consacré à la prestation de services d’avortement sûrs.


Récemment, les conservateurs ont réitéré que le Canada ne financerait l’avortement dans aucune circonstance, même en cas de viol perpétré en situation de guerre ou de mariage précoce ou forcé. Ils suivent ce faisant le même script que l’extrême-droite américaine.


Le caucus néo-démocrate, lui, est fièrement et clairement pro-choix. Nous défendrons les droits fondamentaux des femmes ici et à l’étranger, et soutiendrons des politiques qui concrétisent réellement l’égalité des femmes.


Le fractionnement du revenu désavantagera les Canadiennes


Le 10 juin dernier, j’ai exprimé à la Chambre mon appui à une motion de l’opposition déposée par le NPD Celle-ci se lit comme suit :

« Que, de l’avis de la Chambre, l’accroissement considérable de l’inégalité des revenus sous les récents gouvernements libéraux et conservateurs nuit à la société canadienne; et que la Chambre exprime son opposition à la proposition des conservateurs de fractionnement des revenus qui ne fera qu’aggraver le problème et qui n’offrira aucun avantage à 86 % des Canadiens. »


Pendant mon allocution à la Chambre, j’ai surtout expliqué pourquoi le fractionnement du revenu pourrait nuire aux femmes canadiennes.
Voici une partie de ce que j’ai dit :

Mme Niki Ashton (Churchill, NPD): Monsieur le Président, je suis heureuse d'intervenir à la Chambre pour défendre notre motion de la journée de l'opposition qui conteste la proposition régressive du gouvernement visant à permettre le fractionnement du revenu, une proposition qui va nuire à la grande majorité des Canadiens, et qui va nous ramener en arrière dans l'évolution vers l'égalité entre hommes et femmes dans ce pays. Les néo-démocrates savent qu'il est possible de bâtir une économie robuste, capable d'apporter une prospérité commune à tous les Canadiens. Le fractionnement du revenu révèle, une fois de plus, que les conservateurs ne veulent consentir des répits fiscaux qu'à leurs amis les plus riches. En tant que porte-parole de la condition féminine et députée de Churchill, je n'hésite pas à qualifier d'écran de fumée ce projet conservateur de fractionnement du revenu. Il ne va pas aider les familles à faible revenu, les familles monoparentales ni la majorité des membres des Premières Nations et des Métis. Il n'aidera pas la majorité des femmes, mais de surcroît, il risque de nuire à l'égalité entre hommes et femmes au pays. J'aimerais maintenant évoquer les nombreux dangers auxquels le fractionnement du revenu expose la condition féminine dans notre pays. Tout d'abord, le fractionnement des revenus ne serait d'aucune aide pour les chefs de famille monoparentale et les célibataires. Nous savons que les femmes comptent pour une bonne partie des parents seuls, surtout les plus pauvres. D'une certaine façon, le fractionnement des revenus récompenserait les couples mariés et punirait les célibataires, les divorcés, les chefs de famille monoparentale et les familles intergénérationnelles, c'est‑à‑dire celles où les parents élèvent leur enfant avec l'aide de grands-parents ou d'autres membres de leur famille. Au cours de mes visites aux quatre coins de ma circonscription, je rencontre toutes sortes de familles aimantes et solidaires. La dernière chose dont les familles non nucléaires ont besoin, c'est que le gouvernement fédéral leur impose ses jugements moralisateurs à peine voilés sous le couvert de politiques nocives et d'impôts régressifs. Cet allégement fiscal envoie essentiellement le message que seuls les couples mariés dont un des conjoints gagne nettement moins que l'autre méritent de payer moins d'impôts. À voir les politiques que propose le gouvernement, c'est à se demander si on ne serait pas revenu en 1950 ou en 1850. Avec sa proposition de fractionnement des revenus, le gouvernement conservateur promeut le modèle familial traditionnel des années 1950. On croirait voir June et Ward Cleaver. Ou pourquoi pas Don Draper, puisque quelqu'un l'a mentionné un peu plus tôt. Il faut se rendre à l'évidence: les Canadiens ont évolué depuis les années 1950. Nous sommes en 2014. La réalité d'une famille canadienne n'est plus ce qu'elle était dans les années 1950. Le gouvernement doit faire le nécessaire pour soutenir les familles canadiennes d'aujourd'hui plutôt que leur imposer son modèle familial moralisateur.