CONSERVATIVES DISREGARD SUPREME COURT’S BEDFORD DECISION

FOR IMMEDIATE RELEASE July 15, 2014

Official Opposition Justice Critic Françoise Boivin (Gatineau) made the following statement today as the Conservatives rammed bill C-36 through committee:

“I am very disappointed that the Conservatives have chosen to play divisive politics on the issue of prostitution and protecting women’s health and safety, instead of working with us to respond to the Supreme Court’s ruling in Canada v. Bedford.

The committee heard moving, often difficult testimony about the importance of safety for women involved in prostitution, and concerns that C-36 will be found unconstitutional. Witnesses expressed almost universal disapproval of the government’s decision to criminalize women involved in prostitution, despite the Bedford ruling.

This bill does not respond to the Supreme Court’s ruling and will not improve women's safety. It is deeply flawed and should not proceed. We again call on the government to refer the bill back to the Supreme Court for review, and take immediate action to engage with sex workers to build a comprehensive strategy to better protect and support women.”

-30-

http://www.ndp.ca/news/conservatives-disregard-supreme-courts-bedford-decision

 ***

POUR DIFFUSION IMMÉDIATE
15 juillet 2014

LES CONSERVATEURS BAFOUENT L’ARRÊT BEDFORD

La porte-parole de l’opposition officielle en matière de justice, Françoise Boivin (Gatineau), a émis la déclaration suivante concernant l’entêtement des conservateurs à accélérer l’étude du projet de loi C‑36 en comité :

« Je suis très déçue que les conservateurs aient décidé de semer la zizanie dans le dossier de la prostitution et de la protection des femmes, plutôt que de collaborer avec nous afin de répondre aux exigences de l’arrêt Bedford rendu par la Cour suprême.

En comité, les témoins ont livré des témoignages touchants concernant l’importance de garantir la sécurité des travailleuses du sexe et certains ont dit craindre que le projet de loi C‑36 soit inconstitutionnel. Les témoins ont presque tous exprimé leur désaccord avec la décision du gouvernement d’aller à l’encontre de l’arrêt Bedford et de traiter les travailleuses du sexe comme des criminelles.

Ce projet de loi ne répond pas aux exigences du jugement de la Cour suprême et ne renforcera pas la sécurité des femmes. Il comporte d’importantes lacunes et ne devrait pas être adopté. Nous demandons au gouvernement de renvoyer ce projet de loi à la Cour suprême à des fins d’examen et de prendre des mesures immédiates pour collaborer avec les travailleuses du sexe afin d’élaborer une stratégie globale pour mieux protéger et appuyer les femmes. »

-30-

http://www.npd.ca/node/77584